ARTS ET JEUNESSES EN RÉSISTANCE
FESTIVAL DES RÉVOLUTIONS EN MARCHE

La troisième soirée du festival met à l’honneur la littérature et la musique. L’Espace Magh vous propose dans un premier temps, de rencontrer le journaliste, écrivain et poète syrien Omar Youssef Souleimane. La rencontre sera modérée par Daniel Soil, écrivain, enseignant et ex-délégué de la Fédération Wallonie-Bruxelles à Tunis. 

En deuxième partie de soirée, découvrez la lecture-spectacle Sur les pas de Kateb Yacine de Mohamed Kacimi accompagnée au chant par l’icône chaâbi-folk algéroise Souad Massi.

 

18h00

© Claude Gassian

Omar Youssef Souleimane est né en 1987 à Quoteifé, sur les plateaux du Kalamoun à une quarantaine de kilomètres au nord de Damas. Après avoir obtenu un baccalauréat scientifique en 2005, il étudie la littérature arabe à l’Université de Homs. Entre 2006 et 2010, il a été correspondant de la presse syrienne, et a collaboré avec de nombreux journaux arabes. Il est l’auteur de recueils de poésie, Chansons de saison en 2006, Je ferme les yeux et j’y vais, prix koweïtien Saad Al Sabbah en 2010. Ayant participé aux manifestations pacifiques dès mars 2011 à Damas puis à Homs, il a été recherché par les services de renseignement syriens. En 2012, afin d’éviter la prison, il est entré dans la clandestinité et est parvenu à quitter son pays vers la Jordanie, où il a demandé l’asile politique de l’ambassade française, il vit à Paris depuis. La rencontre sera modérée par l’écrivain, enseignant et ex-délégué de la Fédération Wallonie-Bruxelles à Tunis, Daniel Soil.

 

20h00

© DR

Écrivain rebelle, pourfendeur de tous les pouvoirs, des colonialistes aux intégristes en passant par les hommes politiques qui ont tué dans l’œuf l’indépendance de l’Algérie dès 1962, Kateb Yacine était un écrivain engagé et résolument moderniste dans la forme, il était à la fois le Voltaire et le Joyce de ce Maghreb toujours en quête de libertés. La lecture sera effectuée par l’écrivain et dramaturge algérien Mohamed Kacimi et accompagnée, au chant et à la guitare, par l’icône chaâbi-folk algéroise Souad Massi.

 

 

© Jean Baptiste Millot

Née en 1972 sur les coteaux d’Alger, Souad Massi a eu vingt ans au cœur des « années noires » de l’Algérie en proie à la double pression des islamistes, qui ont pris le maquis, et des militaires, qui ont pris le pouvoir. Mais l’artiste a eu cette chance, celle d’être combattive, d’apprendre la guitare, le répertoire arabo-andalou et la musique classique occidentale. Depuis We Shall Overcome et Woodstock, le centre de la lutte s’est déplacé. Le respect des droits des femmes est désormais au cœur de la dynamique de changement et des droits de l’homme. “Oui, dit Souad Massi, j’appartiens à une culture où les femmes doivent se faire respecter. Mais partout, elles doivent se battre pour exister et prendre le droit à la parole“.  

 

© DR

Écrivain et dramaturge, Mohamed Kacimi est né en Algérie en 1955. Après des études de littérature française à l’Université d’Alger, il s’installe à Paris en 1982. Il publie son premier roman “Le Mouchoir” aux éditions l’Harmattan en 1987. Et tout en participant à la restauration de la maison Rimbaud à Aden, il collabore au magazine Actuel et devient producteur à France-Culture. Il publiera ensuite différents ouvrages littéraires dont “Arabes? Vous avez dit Arabes” (1990) et “Naissance du désert” (1992) avec Chantal Dagron. Il écrit par la suite différentes pièces de théâtre dont « le Vin, le vent, la vie » (1995), « Terre Sainte » (2006), « Le Chemin de Damas » (2012), « Le grand cirque » (2016) et « Congo Jazz band » (2021).

 

 

 

 

RELATED