DÉFAUT D’ORIGINE

Enfant issue d’un couple mixte illégitime belgo-marocain dans les années 70, maintenue dans la non-reconnaissance des diversités qui la constitue, exposée à la violence ordinaire, Yasmine grandit dans la honte d’un corps, d’une couleur de peau et d’une texture de cheveux qu’elle porte comme des stigmates, attributs physiques associés à des communautés méprisées et dénigrées.

Adolescente, à la mort brutale de son père, elle développe, par haine de son corps et de ce qui est « étranger » en elle, une maladie de peau qui la handicape au quotidien et qu’elle cache… car ce nouveau stigmate, elle peut enfin le dissimuler.

Sur le plateau, les voix du passé dialoguent avec la voix de la femme devenue adulte, qui, devant nous, transforme sa honte, en outil de liberté.

Par la franchise et l’humour avec lesquels elle a pu se confronter aux questions liées à son identité, elle nous permet d’aborder avec originalité et légèreté la question des conflits intérieurs auxquels nous sommes confrontés lorsque nous portons une double culture ou, de manière plus large lorsque nous nous sentons peu reconnu dans notre différence.