NOUVEL AN BERBÉRO-ARMÉNIEN

Le Nouvel An Amazigh s’appelle Yennayer. Le symbole de cette fête est la lettre “z” qui s’écrit en berbère. Yennayer vient de Janiarius, Dieu Janus (Dieu des portes, des seuils) qui a donné son nom au mois de janvier du calendrier romain. Jusqu’au 1er siècle avant Jésus-Christ, les Romains commençaient l’année en mars. Jules César a ensuite procédé à une réforme à l’origine du calendrier julien. D’après ce calendrier, le Nouvel An a lieu chaque année à une date qui correspond au 12 janvier du calendrier grégorien. Dans le calendrier berbère, (calendrier Amazigh), l’année 2020 correspond à l’année 2970 du calendrier grégorien. 

D’après l’ancien calendrier arménien, Navasard est le premier mois de l’année. C’est pourquoi le nom du mois est associé à l’idée du Nouvel An. Navasard a 30 jours et le début du mois qui correspond au premier du Navasard représente le 11 août du calendrier actuel, le jour où l’ancêtre Hayk a vaincu Bel. C’était aussi le temps des fruits et des récoltes de la saison. C’est pour cette raison que les célébrations de Kaghand étaient consacrées à la richesse des récoltes. Le peuple les souhaitait fertiles dans l’année à venir.
En Arménie païenne, les ancêtres commençaient des pèlerinages de Navasard vers les sanctuaires sacrés d’Amanor (un autre nom pour la divinité du Nouvel An) et de Vanatur (la divinité de l’hospitalité) pour adorer les dieux et demander une récolte riche. 
Aujourd’hui les Arméniens fêtent le Nouvel An le 6 janvier, en même temps que Noël. 

PROGRAMME

19H00 I Spectacles de danse folklorique berbère et arménienne.

20h15 I Concert de musique berbéro-arménienne & buffet berbère et arménien.
Buffet berbère et arménien et concert de musique berbéro-arménienne dans la brasserie avec Mousta Largo et Vardan Hovannes.